Accueil» Pièces, contes et projets » Des mots qui tuent

Des mots qui tuent

Création 2010

Identité, sécurité, peur, leurre…et beurre

Ce sont des moments sur des trajets de vies...se déroulant en Afrique ; alors cela devient : histoire de la vie, de la vie de la mort, de la mort de la vie, de la mort de la mort...

Oui ! car, comme le dit La Parole, personnage fédérateur et grand gardien de l’imaginaire : « prendre l’âme dans un corps ne suffit pas pour anéantir l’humanité [...] il reste des traces, et la trace [est] la mémoire qui se greffe au vivant. »

La parole, « le meilleur ou le pire », prodigieuse conquête, est tout au long de la pièce, dévoyée pour embrouiller le « bon » sens et faire qu’identité rime avec sécurité, égalité avec rivalité, chance avec concurrence, bonheur avec leurre...

L’Histoire regorge de périodes où les réflexes étaient conditionnés pour faire voir l’étranger en ennemi et l’original, l’inventeur, le créateur, comme condamnables - comme aujourd’hui où l’avenir est ramené à une ambition de pacotille.

Dans l’histoire présentée, sous le souffle et dans l’esprit de la légende africaine révélée dans le spectacle, nous voyons bien qu’en se creusant un peu les méninges, il est possible de sortir de ces engrenages où fusions et confusions se chevauchent, tissages et métissages se rejettent, où sévit la liberté de réprimer la Liberté, où la force ignore le droit et où la paix est définie en creux de la guerre.

Cinq comédiens, seize personnages, six actes, beaucoup d’énergie, d’humour, de l’absurde faisant écho au réel, pour une approche ethnique, religieuse ou identitaire de grandes questions de notre temps. Des allers-retours comiques qui racontent la vulnérabilité de l’être humain tout en appelant à considérer que le pire, vraiment, n’est pas certain.

Plateau idéal : Ouverture : 5 à 8 mètres - profondeur : 5 à 8 mètres

Des plateaux plus petits ou plus grands peuvent accueillir la pièce

Fonds de scène de préférence foncé (noir ou marron)

Le spectacle peut être interprété en plein air mais ce n’est pas un spectacle de rue. Le texte doit être audible par les spectateurs

Eléments de décor très simples : structure métallique haute de deux mètres et longue de quatre mètres sur laquelle sont accrochés des objets. Et une bande de tissu Blanc au bout de chaque extrémité (la compagnie se déplace avec son décors).

Montage : Suivant le plan de feu adapté pour le Théâtre d’accueil, un service de quatre heures avec un technicien du théâtre d’accueil.

Lumière : 24 PC de 1000W : adaptable, en fonction du parc lumière dont vous disposez.

Loges (ou coulisses aménagées) pour 5 comédiens avec miroir, cintres Son : Un système de sonorisation adapté à la salle permettant de diffuser des sons et des musiques sur CD.

Un lecteur de CD souhaité.

Durée du spectacle : 1H 15mn

Observation : Spectacle recommandé à partir de 12 ans.

  • ExtraitsLa parole : Mesdames et Messieurs, le présent n’est pas que le passé du futur, et aujourd’hui, moi, Parole, je suis pour vous le commandant de bord de la machine à remonter le temps. Dans la nuit des temps, d’après les mythes et les légendes, au (...)
  • Dossier pédagogiquePistes de réflexions pour un travail pédagogique en amont. Pièce écrite par Djibril GOUDIABY et Marie-Hélène BOURDIER Nos intentions : Permettre (par la distanciation et l’humour – voire l’absurde) le questionnement des spectateurs sur : le bien-fondé (...)
  • Galerie photosPour vous donner un avant goût. Représentation à l’Alliance Franco-Sénégalaise de Ziguinchor